Partagez | 
 

 ♝ AG WOLFGANG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Vétérinaire
Vétérinaire

Messages : 209

Date d'inscription : 24/04/2016

Navigation :
❅ CHEVAUX.
AG Wolfgang.
Magical Feeling.

❅ COMPTE.
Bank.
Visites.
Journal.



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: ♝ AG WOLFGANG   Lun 25 Avr - 10:30


AG Wolfgang

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vétérinaire
Vétérinaire

Messages : 209

Date d'inscription : 24/04/2016

Navigation :
❅ CHEVAUX.
AG Wolfgang.
Magical Feeling.

❅ COMPTE.
Bank.
Visites.
Journal.



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La passion de connaître.   Mar 26 Avr - 14:23


La passion de connaître.


S’il avait eu comme idée première de s’exiler seul, le destin avait guidé Venceslas sur les traces du flamboyant étalon. Ils avaient ensuite poursuivi leur voyage et ils s’étaient finalement établis en France. Venceslas connaissait un peu la capitale et il parlait plutôt bien français. Il avait donc été tenté de s’établir ici. Il était tombé sous le charme d’un domaine qui était comme un havre de paix. L’atmosphère était chaleureuse comme accueillante et il n’avait pas mis longtemps avant de se décider à s’installer là. Wolfgang et lui vivaient depuis bientôt trois mois au domaine. Venceslas s’était rodé à une nouvelle routine : il travaillait dans une petite banque du coin et dès qu’il avait du temps, il sautait dans sa voiture pour rendre visite à son étalon.

Ce matin ne fit pas exception. Il s’était levé de bonne heure et il n’avait pas perdu beaucoup plus de temps avant de prendre la route. Il salua les quelques cavaliers qu’il connaissait puis il prit la direction du box de son étalon. Wolfgang avait les yeux rivés sur les hautes portes qui étaient grandes ouvertes. Jeune, le joli mâle avait une énergie folle et il était toujours plein d’entrain au moment de sortir. S’il était caractériel et qu’il ne manquait pas une occasion de se manifester sous la selle, il n’en était pas moins respectueux des hommes. Jamais Venceslas n’avait eu à se battre contre lui pour obtenir une attitude respectueuse. Quand il était avec lui, il ne se sentait pas menacé et de fait, leur relation s’était rapidement stabilisée. Bien sûr, ils n’étaient pas déjà inséparables mais Venceslas avait acquis son respect, ce qui était un premier pas.

Il entra dans le box de son bel étalon après lui avoir donné une longue caresse. Il en fit le tour, palpant au passage ses membres pour s’assurer qu’il ne s’était pas blessé dans son box, s’il s’était couché par exemple. Tout allait bien du côté du mâle et Venceslas le caressa donc plus sereinement. S’il n’était pas un cheval cherchant sans cesse de l’affection, Wolfgang ne disait jamais non à quelques papouilles, d’autant moins qu’elles étaient rares avec Venceslas. Il n’avait pas acheté le mâle pour s’en faire un ami ou un animal de « compagnie ». Il l’avait acheté parce qu’il avait confiance en son potentiel, parce qu’il l’avait inspiré et parce qu’il était fort. Le jeune homme avait été éduqué dans le monde classique de l’équitation et en résultait qu’il se voulait maître et non l’égal de l’animal. Cela ne l’empêchait pas pour autant d’être attentionné envers le roux.

Il lui présenta d’ailleurs son licol bordeaux dont les doublures étaient en mouton, afin de limiter les frottements. Docile, Wolfgang plongea presque de lui-même son nez à l’intérieur. Ils sortirent ensuite et si le mâle piaffa, il ne le fit que pour manifester sa hâte de sortir un peu prendre l’air. Venceslas l’invita au calme d’un simple rappel vocal et Wolfgang s’apaisa. Il l’attacha à l’anneau prévu à cet effet puis fila chercher son sac de pansage. Le mâle étant tondu, son cavalier se contenta de passer l’étrille sur sa croupe, ses flancs et ses épaules. Il empoigna ensuite son large bouchon et pansa le mâle dans des mouvements énergiques mais efficaces. Il enchaîna rapidement avec la brosse douce puis avec le chiffon. Il se recula un peu pour admirer son œuvre : sous les douces lumières des écuries, la robe de son étalon semblait s’embraser. Ille cura ensuite et constata, en levant un peu les yeux, qu’il devrait lui couper la queue comme les crins afin que tout soit droit.

Il retourna alors à la sellerie pour prendre les cuirs du mâle. Il commença par lui poser ses épaisses bandes de polo puis il plaça son tapis et son amortisseur avant de poser avec délicatesse sa selle. Il le sangla très peu, des deux côtés cependant. Il défit ensuite le licol de l’étalon qui ne bougea pas et lui posa son filet. Il boucla chacune des attaches et dégagea son toupet plutôt bien fourni. Wolfgang était fin prêt à sortir désormais. Venceslas se dépêcha donc de mettre sa bombe et d’enfiler ses gants tout en empoignant son stick. Aujourd’hui, pas d’éperon : ils travailleraient seulement sur le fond, une petite détente de dressage.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Divinité équestre
Divinité équestre

Messages : 774

Date d'inscription : 25/10/2015



Voir le profil de l'utilisateur http://ecurie-andromedae.forumactif.org
MessageSujet: Re: ♝ AG WOLFGANG   Mar 26 Avr - 14:47


Joli résumé ! Ce fut un peu déroutant pour moi de passer d'une rencontre à trois mois de connaissance mais c'est le bien nécessaire je pense pour que tout roule.
Tu pourrais, si tu le souhaites, approfondir le passage du pansage Wink

Toutefois avec ce résumé tu gagnes :
1 point cavalier

2% de complicité
3% de moral
1% de forme
MàJ Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vétérinaire
Vétérinaire

Messages : 209

Date d'inscription : 24/04/2016

Navigation :
❅ CHEVAUX.
AG Wolfgang.
Magical Feeling.

❅ COMPTE.
Bank.
Visites.
Journal.



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Easy.   Mer 27 Avr - 17:59


Easy.


Il ne fit taire le son rauque du moteur de son automobile qu’une fois sur le parking du domaine. Venceslas se dirigea comme à son habitude désormais d’abord vers le club house afin de saluer les connaissances qu’il avait ici et de prendre un peu la température. L’hiver soufflait avec vigueur et la carrière était de fait presque totalement gelée : il était hors de question de s’y aventurer pour l’heure. Au bar du club, ceux qui avaient terminé leur journée prirent un verre quand ceux qui comptaient monter se contentèrent d’un café, ce qui fut le cas de Venceslas. Il prit ensuite congé et se coula à pas de loup vers les écuries. Plusieurs chevaux redressèrent la tête à son passage, curieux de savoir qui venait et surtout, s’il avait sur lui de quoi satisfaire leur gourmandise. L’homme dont l’âme était slave jusqu’aux tréfonds de ses sentiments s’arrêta quelques secondes devant le box d’une jolie jument noire. Il la regarda et lui offrit deux caresses avant de reprendre son chemin.

Wolfgang se tenait au fond de son box, occupé avec le foin supplémentaire qui venait de lui être distribué en raison du froid particulièrement mordant. Venceslas l’appela par son nom et le joli roux tourna une oreille vers lui. Le jeune homme répéta donc et cette fois, l’alezan tourna sa jolie tête, lui présentant sa longue liste blanche bien dessinée. Venceslas tendit une main vers lui et l’équidé s’approcha. Il souffla de l’air chaud sur sa main puis posa ses lèvres dessus. Le cavalier eut un sourire puis il caressa la jolie tête bien dessinée de son étalon. Il se glissa ensuite à l’intérieur du box et comme la veille, il posa ses mains sur son corps qui frémit au contact chaud. Il fit glisser ses doigts sur ses membres, vérifiant que tout allait bien. Il en profita pour manipuler un peu l’étalon qui se laissa d’ailleurs faire. En main, Wolfgang était calme et discipliné et c’était un réel plus. Les seuls mais réels problèmes qui se posaient apparaissaient quand il était monté.

Venceslas présenta au roux son licol puis il alla l’attacher à l’anneau qui était fixé à son box. Il prit son étrille dans la main droite et son bouchon dans la gauche. A chaque coup d’étrille, il la passait ensuite sur le bouchon. Le but de la manœuvre était d’éviter qu’elle n’attrape trop de poils et de poussière et qu’elle en devienne donc inutile. Une tâche plus coriace que les autres tenait bon sur le bas flanc de l’étalon. Venceslas insista donc dessus mais un peu susceptible, le roux fit claquer son postérieur contre le sol. Venceslas le reprit en le grondant et si le mâle plaqua ses oreilles en arrière, il se laissa finalement faire. Une fois bien étrillé, Venceslas lui passa un premier coup de bouchon rapide : il s’agissait simplement de faire tomber les poils morts qui s’étaient déjà détachés de sa robe. Il le repassa une seconde fois, en insistant davantage cette fois, et surtout sur l’échine de l’animal.

Wolfgang se détendait peu à peu, interprétant cette longue séance de pansage comme un massage géant. Le jeune homme le caressait de temps à autres, pour le féliciter de sa bonne tenue notamment. Une fois qu’il en eut terminé avec le bouchon, il empoigna sa brosse douce. Quand il la passait sur le corps de l’étalon, les poils de ce dernier semblaient s’embraser. Il avait beau n’avoir que trois ans, il était sacrément bien doté pour son âge, en muscles comme en allure ! Venceslas passa la brosse avec douceur sur sa tête et s’il se braqua d’abord, Wolfgang comprit rapidement que ce n’était rien de méchant ni de douloureux et il s’abandonna, une fois de plus. Vint alors l’étape du chiffon : cette fois, le roux brillait de mille feux. Venceslas empoigna alors son cure-pieds et souleva patiemment chacun des sabots du mâle. Il lui donna bien volontiers les antérieurs, croisant même pour lui éviter de faire le tour. Après s’être redressé, le blond aux yeux de glace flatta son étalon.

Les postérieurs furent plus délicats. Un peu récalcitrant, Wolfgang levait avant de reposer de suite, frappant le sol quand Venceslas tentait de résister. Le mâle voulait toujours lever l’autre et de toute évidence, il était mal à l’aise. Venceslas se redressa donc et le caressa tout en lui parlant. Il releva doucement les antérieurs puis, pour glisser jusqu’aux postérieurs, il laissa une main sur le corps de l’étalon, ne rompant jamais le contact. Il se montra ensuite ferme et si Wolfgang tenta de se débattre une fois de plus, un « non ! » ferme et vif lui remit les idées en place. Venceslas se dépêcha de lui curer les deux derniers sabots puis il partit chercher de quoi l’équiper.

Il lui posa d’abord ses bandes de polo puis il lui mit des cloches. Pour s’assurer que les bandes ne glissent pas, il les doubla d’un élastique à leur sommet. Comme la veille, il posa ensuite sur le dos déjà puissant du mâle un bon tapis doublé d’un amortisseur, le tout bien entendu recouvert de la selle. Il fixa alors le couvre-reins bordeaux de l’étalon et lui présenta son filet. Si Wolfgang se laissait faire, il s’était tendu en comprenant qu’ils allaient sortir à nouveau. Le jeune homme sourit de nouveau puis enfila ses bottes sur lesquelles il fixa ses éperons. Le roux était jeune et il ne comptait pas en faire grand usage mais il savait qu’il se devait d’être ferme.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Divinité équestre
Divinité équestre

Messages : 774

Date d'inscription : 25/10/2015



Voir le profil de l'utilisateur http://ecurie-andromedae.forumactif.org
MessageSujet: Re: ♝ AG WOLFGANG   Mer 27 Avr - 20:01


Woh ok je devais juste de proposer de détailler plus le pansage pour avoir ce sublime résumé ! j'adore ! Very Happy J'ai littéralement dévoré chaque passages et je n'ai plus de remarques à faire xD On imagine très bien le jeune cheval un peu récluant au pansage !


1 point cavalier

5% de complicité
7% de moral
4% de forme
MàJ Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vétérinaire
Vétérinaire

Messages : 209

Date d'inscription : 24/04/2016

Navigation :
❅ CHEVAUX.
AG Wolfgang.
Magical Feeling.

❅ COMPTE.
Bank.
Visites.
Journal.



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Un jour meilleur.   Dim 1 Mai - 17:18


Un jour meilleur.


Le jeune homme avait ouvert ses grands yeux clairs sur un soleil radieux et presque enchanteur tant il avait fait le ciel bleu. Il n’avait pas perdu beaucoup de temps avant de se mettre en route, sautant dans son automobile dont il appréciait toujours autant le rugissement. Il s’était garé sur le parking, constatant qu’il y avait déjà pas mal de monde aux écuries. C’était quelque chose de symptomatique : quand les jours raccourcissaient et que le ciel était lourd d’orage, les Hommes se tairaient chez eux tels des rats. Quand le soleil revenait et avec lui cette impression de chaleur et de douceur, les villes revivaient. C’était quelque chose que Venceslas n’aimait pas : il trouvait ce comportement déloyal. Il était anormal de passer aux écuries seulement quand on le souhaitait. Un cheval était un engagement. Il y avait des bons jours comme des mauvais et ceux qui fuyaient les mauvais ne méritaient pas les bons. C’était, du moins, ce qu’il pensait.

Il se dirigea cette fois directement vers le box de son puissant étalon. Comme s’il l’attendait, Wolfgang se tenait à la porte de son box, sa jolie tête bien dessinée portée au-delà de la porte. Ses oreilles se tendirent vers lui et rapidement, il lui présenta le plat de sa main. Comme à son habitude, le roux laissa ses lèvres de velours glisser sur la peau pâle mais douce de l’homme, le faisant sourire. Venceslas s’introduisit ensuite dans le box et caressa son étalon. Wolfgang se laissa faire, replongeant son nez dans la paille. Régulièrement, sa longue queue de feu venait battre ses flancs pourtant, il ne montrait aucun signe d’agacement. Le jeune homme parcourut le corps de sa monture. Rien à signaler. Il continua donc de le caresser et le mâle enroula bientôt son encolure pour poser sur lui ses grands yeux. Ils avaient quelque chose de pétillant ou de vif en eux et parfois, souvent même, le jeune homme aimait s’y perdre. Pourrait-il, un jour, les comprendre ? Il l’espérait.

Il s’absenta quelques minutes, le temps de revenir avec de quoi s’occuper du puissant mâle. Il lui présenta son licol et le mena à l’attache. Docile ou presque, Wolfgang ne s’occupait plus de lui, dardant son regard sur ses semblables ou vers les portes ouvertes qui laissaient passer du soleil et de l’air. C’était une journée réellement magnifique et ils seraient heureux de partir travailler tout à l’heure. Pour l’heure pourtant, Venceslas avait une autre tâche et qui n’était pas des moindres : le corps de son protégé était recouvert de poussière. Il frotta les parties charnus du mâle à l’aide d’une étrille, dans des mouvements circulaires et énergiques. Il insista cette fois sur la croupe et les cuisses : Wolfgang avait la fâcheuse tendance d’aimer se rouler et souvent, il était bien sale au matin. Si le jeune homme râlait parfois, cela l’amusait en fait. Wolfgang n’était rien d’autre qu’un bon vivant et il l’aimait pour cela.

Il s’appliqua donc à bien le panser, passant parfois son étrille sur son bouchon pour ne pas salir davantage son étalon. Appréciant ce qu’il prenait pour des caresses, le roux se fit plus lourd contre l’étrille. Venceslas le laissa d’abord faire puis, quand il durcit encore son poids, il le reprit verbalement. L’étalon s’ébroua, légèrement mécontent, puis il se focalisa sur autre chose. Venceslas changea au même moment de brosse et dans des gestes d’abord grossiers, il nettoya la poussière. Rapidement, la robe de l’étalon reprit de son éclat. Ce n’était pourtant pas assez bien. Le jeune homme repassa une seconde fois sur le corps de l’étalon, prenant cette fois plus de temps. Il repassait un coup de brosse jusqu’à ce que plus rien ne s’envole du corps du mâle. Il passa plus de temps d’ailleurs sur ses membres et sur son dos.

Comme il avait pour habitude de passer et la brosse douce et le chiffon, le blond se permit de faire la brosse succinctement, l’utilisant davantage sur la tête, l’encolure et le poitrail du mâle. Docile, le roux se laissait faire : il ferma simplement les yeux quand il sentit la brosse sur son front et ses salières mais à aucun moment il ne tenta de se soustraire au contact. Venceslas le félicita de ce comportement : ce n’était pas si courant, d’autant moins pour un étalon si jeune et donc, en proie à ses hormones. Il empoigna ensuite le chiffon qu’il passa sur l’ensemble de son corps. Cette fois, la robe du mâle s’embrasa comme mille soleils. Il respirait la santé, la jeunesse et la puissance. Il avait en lui ce quelque chose que les chevaux de club n’avaient pas ou plus.

► POINT DE VUE EXTERIEUR

Je n’ai jamais su dire ce que c’était. Une assurance ? Une fermeté ? Je n’en sais rien. Je n’en sais rien mais alors que son cavalier s’écarte pour aller prendre ses affaires à la sellerie, je ne peux plus détacher mes yeux de l’étalon. Il porte sur sa cuisse gauche le fameux « H » terminé en ses branches par des têtes de chevaux et qu’il le porte bien ! Compact et puissant, l’alezan est dans le sang et on le devine agile rien qu’en le regardant. Il a tout, malgré son jeune âge, d’un futur cheval de compétition. Je ne peux pas m’empêcher de sourire : ils m’ont manqué, ces grands chevaux à l’âme noble mais joyeuse. Je tente de ne pas être vue puisqu’après tout, je ne suis pas vraiment à ma place. Quand son cavalier revient, il déposé ses affaires à terre et le caresse. Il semble l’aimer et ce spectacle qui peut sembler anodin m’emplit pourtant le cœur. C’est important. Ce n’est qu’une caresse, qu’un mot, mais c’est primordial. Le jeune homme prend alors le tapis et l’amortisseur qu’il dépose sur son dos puis il lui met sa selle. S’en suivent les bandes de polo : il les pose rapidement, ses mains exécutant presque seules le geste. Il sait ce qu’il fait et il le fait rapidement. Enfin, il présente son filet à l’étalon qui le prend sans rechigner. J’espère qu’ils vont sortir en carrière : elle est praticable aujourd’hui.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Divinité équestre
Divinité équestre

Messages : 774

Date d'inscription : 25/10/2015



Voir le profil de l'utilisateur http://ecurie-andromedae.forumactif.org
MessageSujet: Re: ♝ AG WOLFGANG   Dim 1 Mai - 23:39


Joli résumé ! J'ai beaucoup aimé passer d'une personne à l'autre (surtout avec le fait que tu précises on comprend mieux). Lorsque tu dis "il" on a l'impression d'être dans sa tête et l'autre personne, le "je" exprime plus de doute, un "débutant" oserais-je dire. Ce sont deux facettes et deux points de vues que j'aime bueaocup


1 point cavalier

4% de complicité
5% de moral
3% de forme
MàJ Alice
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vétérinaire
Vétérinaire

Messages : 209

Date d'inscription : 24/04/2016

Navigation :
❅ CHEVAUX.
AG Wolfgang.
Magical Feeling.

❅ COMPTE.
Bank.
Visites.
Journal.



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: It's not an illusion.   Sam 7 Mai - 12:48


It's not an illusion.


Le jeune homme ne parlait pas du passé. Il ne parlait pas de toutes ces longues et belles années qu’il avait passées à Prague, à arpenter les rues pavées de sa ville de cœur qu’il connaissait sur le bout des doigts. Il n’en parlait pas de peur qu’il soit percé à jour et que l’on se serve de son passé contre lui. Il n’en parlait pas mais cela lui manquait, cruellement d’ailleurs. S’il avait fait le pari de s’installer dans une nouvelle routine, il n’en demeurait pas moins qu’il ne dormait pas la nuit. Il scrutait des heures durant le plafond de sa chambre ou bien le ciel quand il ne fermait pas ses volets et il se demandait si elle pensait encore à lui. Il se demandait si ses collègues se souvenaient des moments délirants qu’ils avaient vécus ensemble ; il se demandait si les gens murmuraient encore son nom le soir, quand ils se retrouvaient tous pour faire l’avenir et décider du sort de la ville et des autres. Parfois, Venceslas en venait à perdre pied mais quand il lui arrivait de douter ainsi, il se souvenait de cet être étrange que le sort avait posé sur sa route. Jamais, de toute son existence, il n’avait pensé pouvoir s’attacher ainsi à un cheval. Wolfgang et lui n’étaient pas encore complices comme ils le seraient plus tard pourtant, l’étalon avait en lui quelque chose qui le touchait. Il avait toutes les peines du monde à mettre le doigt sur cette impression et il en venait à se dire que c’était un tout. Peut-être était-ce sa façon d’être ? Wolfgang débutait en toute discipline pourtant, il ne tremblait pas. Il semblait infaillible et même s’il ne savait pas ce que l’on lui demandait d’exécuter, il répondait présent et formulait une réponse ou une solution. Il se déplaçait avec franchise, sans hésitation et si cela était mauvais, il s’adaptait et répondait autrement. Parfois, le jeune étalon semblait exempt de doute.

C’était quelque chose qu’il lui enviait presque. Il pouvait passer de longues minutes à le regarder en se demandant quels songes pouvaient lui traverser l’esprit et souvent, le jeune homme souriait de façon étrange avant de s’en retourner. Il n’en fit cependant rien ce matin. Il était arrivé de bonne heure aux écuries et il s’était présenté à son alezan qu’il avait caressé en guise de salutation puis, plutôt que d’entrer de suite dans son box, il s’était un peu reculé pour le regarder. L’exercice aurait été plus intéressant au pré sans nul doute mais Venceslas était bien décidé à profiter de ce moment de silence et d’accalmie. Le mâle posa ses yeux sur lui, le considérant avec intérêt. Il semblait se demander pourquoi il ne venait pas le panser et l’équiper. Il le regarda de longues secondes, ses oreilles se tendant parfois vers lui avant de s’orienter ailleurs. Il se lassa pourtant rapidement du manque de coopération de son propriétaire et cavalier si bien qu’il plongea à nouveau son joli nez dans sa paille, s’occupant comme à son habitude. Venceslas ne distinguait plus que son dos. Court et droit, il était déjà puissant et ne demandait qu’à se muscler. Cela serait chose faite, Venceslas se l’était promis. Comme le calme était revenu, le jeune homme décida qu’il était temps de se mettre en branle et comme à son habitude, il disparut dans la sellerie pour en revenir armé de son licol ainsi que de sa boîte de pansage. Il entra dans le box de son étalon et en fit le tour tout en le caressant. Wolfgang s’était redressé, portant sa tête haute. Il semblait en pleine forme encore une fois. Avec un sourire aux lèvres, le jeune homme lui présenta son licol qu’il boucla avec délicatesse sur sa jolie tête puis il alla l’attacher à l’anneau fixé sur le mur de son box.

Avec calme et sans se presser, il défit les sangles de sa couverture ainsi que les scratchs puis il la fit glisser le long de son dos jusqu’à sa croupe et la lui ôta à cet instant. Le mâle regardait autour de lui mais il n’était pas nerveux. Venceslas le caressa avant d’empoigner son étrille. Dans des mouvements circulaires et bien rôdés désormais, il ôta les poils morts qui ne demandaient qu’à se décrocher de son épaisse peau. Il insista particulièrement sur les flancs qui étaient une fois de plus tâchés. Il prit ensuite son bouchon et fit le tour de l’animal. Il le fit deux fois, jusqu’à être parfaitement satisfait du résultat. Il poursuivit alors son rituel en usant de la brosse douce puis du chiffon. Il leva ensuite un à un les pieds de l’étalon en prenant soin d’enlever chaque brin de paille qui s’était coincé dans ses fers. Il fit aussi passer le cure-pieds dans les trous prévus pour les crampons, afin de les garder propres au maximum. Il avait remarqué lors de leur dernière sortie que sa queue n’était plus coupée droite tout comme ses crins et il avait décidé de remédier à cela. Il s’éloigna donc quelques minutes pour emprunter un petit marche pied afin d’être au niveau de l’encolure de son étalon et que la position lui soit plus confortable et moins fatigante. Il commença par la brosser à l’aide de son bouchon afin de la démêler. Il répéta ensuite l’opération avec un peigne en métal. Une fois que la crinière du roux fut bien brossée et démêlée, le réel travail commença. Venceslas cibla les mèches de crin de derrière qui étaient trop longues. Il les attrapait, crêpait un peu pour éviter de toucher aux crins qui avaient la bonne taille puis il enroulait le surplus trop long autour de son peigne et tirait le tout d’un coup relativement sec et vers le bas afin d’arracher ce qui était trop long. Ainsi, il égalisait la crinière du mâle tout en la désépaississant.

Il répéta l’opération autant de fois qu’il le fallait. Son bras engourdi, il se recula un peu pour admirer le travail. La jolie crinière de l’étalon à la robe de flammes était de nouveau coupée droite et il n’aurait désormais plus qu’à l’entretenir régulièrement pour s’éviter un tel travail à l’avenir. Avant de passer à la queue, le jeune homme repassa un coup de bouchon énergique de part et d’autre de l’encolure de Wolfgang afin d’ôter tous les petits crins qui s’étaient collés sur sa robe. Il passa donc ensuite à la queue de son étalon. Afin de régler la hauteur dans l’optique de l’attitude que Wolfgang aurait au travail, Venceslas passa son bras sous la queue de ce dernier afin de la raccourcir pour simuler la tenue qu’elle aurait lorsqu’il serait monté. Il fit ensuite glisser sa main jusque-là où il désirait couper puis à l’aide de ciseaux, il tailla les crins bien parallèle au sol. Pour lui donner une allure moins stricte et rangée, il coupa un peu dans le sens de la longueur cette fois. Tout était parfait ! Il caressa longuement son étalon pour le féliciter de ne pas avoir bougé durant les différentes opérations puis, plein d’égard pour le personnel de l’écurie, il décida de passer lui-même un coup de balai afin de nettoyer les crins du mâle. Il revint ensuite vers son hanovrien et lui graissa les sabots. Propre comme il l’était, Wolfgang avait fière allure ! Venceslas partit de nouveau dans la sellerie pour en revenir cette fois avec du matériel. Il lui posa tapis, amortisseur et selle puis il lui fixa ses guêtres et protège-boulets tout comme ses cloches. Il jeta sur son dos son couvre-reins qu’il fixa au niveau de son garrot après l’avoir passé sous les quartiers et termina en lui posant son filet. Ils étaient désormais prêts et ils ne mirent pas plus de temps pour sortir de l’écurie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Divinité équestre
Divinité équestre

Messages : 774

Date d'inscription : 25/10/2015



Voir le profil de l'utilisateur http://ecurie-andromedae.forumactif.org
MessageSujet: Re: ♝ AG WOLFGANG   Dim 8 Mai - 12:25


Bon je vais encore me répéter mais j'aime vraiment ta plume. Tout est fluide et bien écris avec des adjectifs bien placés permettant d'imaginer fortement comme cuper les crins Very Happy rien à rajouter madame !


1 point cavalier

6% de complicité
5% de moral
3% de forme
MàJ faite par alice
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vétérinaire
Vétérinaire

Messages : 209

Date d'inscription : 24/04/2016

Navigation :
❅ CHEVAUX.
AG Wolfgang.
Magical Feeling.

❅ COMPTE.
Bank.
Visites.
Journal.



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une étoile au creux de la main.   Mar 24 Mai - 9:59


Une étoile au creux de la
main.


Quand le jeune homme entra dans l’écurie, son étalon redressa l’encolure, posant ses jolis yeux dont les reflets étaient parfois dorés sur lui. Les oreilles tendues dans sa direction, il semblait particulièrement content de le voir. Il s’imaginait sans doute qu’ils allaient sortir en carrière. Pourtant, les projets de Vanceslas étaient différents aujourd’hui. Il l’avait beaucoup monté ces derniers temps, mobilisant chacun de ses muscles comme chacune de ses articulations et il avait décidé que l’heure était au repos. Il allait simplement s’occuper de lui et sans doute le mettre un peu au pré. Si le temps ne se gâtait pas d’ici le début de soirée, ils partiraient peut-être en promenade mais rien n’était moins sûr. Délicat, le jeune homme posa une main douce et légère sur le chanfrein du mâle qui ne se dégagea pas. Il le caressa plusieurs fois, appréciant de voir l’étalon rester calme et ne pas broncher. Il pénétra ensuite dans son box et inspecta son corps et notamment ses membres. Il remarqua sur son postérieur gauche une petite entaille : elle était superficielle et elle ne le faisait pas souffrir. Il désinfecterait tout de même, ne serait-ce que pour s’assurer que la plaie soit propre. Il en conclut aussi que Wolfgang avait dû s’allonger pour la nuit, ce qui prouvait sa confiance et sa sérénité. Il s’était parfaitement bien acclimaté aux écuries et Venceslas en était plus que satisfait.

Affectueux, le bel alezan chercha plusieurs fois le contact et comme le programme n’était pas particulièrement chargé aujourd’hui, Venceslas prit le temps de bien faire les choses. Il recommença donc à la caresser. Il savait désormais ce que Wolfgang appréciait tout comme ce qu’il n’aimait pas et il décida de le satisfaire, grattant surtout son garrot et son encolure. Le mâle était content et il n’hésita pas à le lui montrer, tendant son col vers le haut et baissant ainsi la garde. Le tchèque se mit alors à sourire : jamais, avant, il n’avait été aussi heureux de voir un cheval bien dans sa peau. Pourtant, avec son hanovrien, les choses étaient différentes. Peut-être parce que justement, Wolfgang lui appartenait vraiment ? C’était plutôt triste et réducteur comme vision mais toute personne honnête lui accorderait sans difficulté que la propriété change les rapports à l’objet, qu’il soit animé ou non. Après ces quelques instants de pure tendresse, Venceslas présenta au joli roux son licol. Comme à son accoutumé, l’alezan plongea son nez dedans, sans crainte aucune. Le jeune homme l’en récompensa d’une longue caresse puis, après avoir attaché la longe, il le fit sortir de son box.

Les deux garçons se dirigèrent vers les stalles de pansage et avec méthode, Venceslas installa son cheval dans l’une d’elle. Il sollicita alors un cavalier qui passait par là, lui demandant de garder un œil sur son protégé le temps qu’il file chercher ses brosses. Il n’en eut pas pour plus de cinq minutes et il remercia sincèrement le cavalier qui, en partant, abandonna une caresse au mâle, ajoutant qu’il était « mignon ». Venceslas haussa un sourcil mais n’ajouta rien. Il n’en pensa cependant pas moins : Wolfgang n’était pas « mignon ». C’était un cheval, un vrai. Un beau modèle, élégant et puissant, un étalon qui plus est. Alors, s’il fallait le qualifier, l’adjectif aurait été « beau » plutôt que « mignon ». Ce terme avait quelque chose de réducteur et d’enfantin et il ne collait pas au grand roux. Le jeune homme soupira : il s’étonna lui-même d’une telle réflexion mais il chassa bien vite de sa mémoire ce léger incident qui n’en était même pas un finalement. L’alezan décida au même moment de le solliciter et il tendit son encolure vers lui, lui donnant ensuite deux petits coups de tête, l’air de lui demander de s’occuper de lui. Venceslas sourit et le caressa. Il lui présenta ensuite l’étrille et Wolfgang commença à la mâchonner avant de s’en désintéresser. Pour s’éviter les déboires de la dernière fois, le cavalier avait pensé à accrocher le petit ballon au poteau et il reçut l’attention pleine et entière de l’alezan.

Venceslas en profita pour s’activer autour de son mâle. Dans des mouvements énergiques et réguliers, il passa l’étrille sur la croupe, les cuisses, les flancs, les épaules et la base de l’encolure de l’étalon. Des poils se détachèrent par paquets de son corps mais la poussière aussi. Satisfait de cette première étape, le jeune homme poursuivit son travail après s’être muni de son bouchon. Il le passa une première fois en gros, juste pour enlever le principal des saletés. Il recommença ensuite son tour, prenant cette fois le temps de bien le bouchonner. Il faisait glisser la brosse dans le sens du poil et il passait autant de fois que nécessaire pour avoir une robe brillante. Parfois, la peau du mâle tressaillait mais il ne se redressait jamais. Il était étonnamment serein en ce début d’année mais Venceslas s’en réjouissait. Il se dirigeait doucement sur ses quatre ans et il évoluait rapidement, se musclant et apprenant rapidement et avec aisance. Face aux efforts qu’il avait fournis durant cette année, Venceslas avait décidé de consolider les acquis et de ne pas passer à la suite avant qu’il n’ait officiellement pris un an. Ainsi, leurs bases seraient des plus solides.

Comme la robe de son roux semblait déjà de flammes, Venceslas ne passa la brosse douce que superficiellement, se focalisant sur le cure pied. Il en prenait grands soins des sabots de sa monture et ils le lui rendaient bien : propres ou presque, il ne mit pas plus de trois minutes par pied. Ensuite mais seulement pour la beauté du geste, il peigna les crins de son protégé, arrachant une toute petite mèche qui était plus longue que les autres. Véritable cheval de sport, Wolfgang n’avait rien à envier à quiconque. Heureux comme un enfant l’aurait été de ce postulat, Venceslas défit les longes et mena son entier vers les douches. Le roux ronfla des naseaux, un peu inquiet. Son cavalier décida de le rassurer avant de faire couler l’eau. Le mâle se calma rapidement et il ne fut pas brusque dans sa réaction quand le jet s’anima. Profitant de la chaleur étouffante de ce début d’été, Venceslas avait opté pour une mini douchette sur le postérieur de l’étalon. Il serait content de la fraîcheur et lui, il pourrait mieux analyser la petite plaie. Il se dépêcha tout de même un peu puis ramena son étalon à la stalle de pansage. Il palpa ensuite le membre : il n’avait pas gonflé et n’était pas douloureux. La plaie était vraiment superficielle. Par simple mesure de précaution, Venceslas le désinfecta mais il ne mit aucun bandage : ce n’était pas la peine.

Il caressa ensuite à nouveau son protégé qui était toujours aussi calme puis il lui posa des guêtres fermés aux antérieurs ainsi que des cloches. Il avait finalement décidé de le lâcher au paddock, qu’il puisse se dépenser sans glisser de trop. Il était encore tôt et les grosses températures ne s’afficheraient que dans quelques heures : c’était le moment idéal pour lui laisser un peu de liberté.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Cavalier pro
Cavalier pro

Messages : 245

Date d'inscription : 30/12/2015

Date de naissance : 21/07/1995

Age : 22

Objectif en cours : Cavalier Pro

Crédit : (c)Alice

Chevaux : Scarlet, Rivendell's Lady

Navigation : Scarlet ∝ Wielkopolski 4ans ♂
Rivendell's Lady ∝ Barbe 5ans ♀
Marius ∝ Fjord 6ans ♂

Compte bancaire



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♝ AG WOLFGANG   Sam 4 Juin - 11:27


Susceptible le petit Vanceslas ? Superbe résumé  merci !


1 point cavalier

5% de complicité
4% de moral
2% de forme
MàJ faite
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: ♝ AG WOLFGANG   


Revenir en haut Aller en bas
 
♝ AG WOLFGANG
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wolfgang Amadeus Mozart [Validée]
» Abraham Wolfgang
» [Site] Galerie de la ville de Mordheim par Wolfgang
» [Fluff and fig' ] LA MAIN DE SIGMAR
» Natascha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine d'Arion :: Zone RP :: Ecuries-
Sauter vers: