Partagez | 
 

 [Résumés ->22.05.16] Compétition Show

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Divinité équestre
Divinité équestre

Messages : 774

Date d'inscription : 25/10/2015



Voir le profil de l'utilisateur http://ecurie-andromedae.forumactif.org
MessageSujet: [Résumés ->22.05.16] Compétition Show   Lun 9 Mai - 11:28



Compétition - Show



Compétition ∝  A résumé
Discipline ∝ Show/ allures et modèles
Niveau ∝ Club
Date fin dépôt résumés ∝ 22/05/16

Pistes pour le résumé ∝
Le Domaine d'Arion organisant une compétition de Show, le manège a été entièrement décoré pour l'occasion. Des pots de fleurs ont été installés formant ainsi un triangle pour vous permettre de faire le tour au pas et au trot permettant aux juges d'observer les chevaux. Le concours se passant en hiver, le temps n'est pas clément et la neige tombe drue sur le manège, il vous faudra calmer vos chevaux. Les juges observeront vos chevaux de face à l'arrêt pour vérifier leur morphologie ainsi qu'en mouvement.


Points gagnés/perdus à l'issu de l'épreuve ∝
+5% de trot
+3% complicité
-10% forme
-5% moral

Prix ∝
1ère place : 800€ +1 point cavalier
2ème place : 500€
3ème place : 300€
Les autres : 100€
Les disqualifiés : 0€ -1 point cavalier

Les inscrits

Scarlet présenté par Hurricane  pour Hurricane
Winter is coming présenté par Harmony  pour Harmony
Sparkle feet présenté par Mike  pour Mike
Iconic présenté par petitcupcake  pour petitcupcake
AG Wolfgang présenté par Verlockung  pour Verlockung
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Divinité équestre
Divinité équestre

Messages : 774

Date d'inscription : 25/10/2015



Voir le profil de l'utilisateur http://ecurie-andromedae.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Résumés ->22.05.16] Compétition Show   Dim 15 Mai - 9:22


Attention, il ne vous reste plus qu'une semaine pour déposer vos résumés sans quoi vous serez disqualifiés Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Cavalier pro
Cavalier pro

Messages : 245

Date d'inscription : 30/12/2015

Date de naissance : 21/07/1995

Age : 22

Objectif en cours : Cavalier Pro

Crédit : (c)Alice

Chevaux : Scarlet, Rivendell's Lady

Navigation : Scarlet ∝ Wielkopolski 4ans ♂
Rivendell's Lady ∝ Barbe 5ans ♀
Marius ∝ Fjord 6ans ♂

Compte bancaire



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Résumés ->22.05.16] Compétition Show   Sam 21 Mai - 14:21





Scarlet - Compétition




Il y avait de l’effervescence aux écuries. Le jour du concours était arrivé et le parking était déjà bondé de monde de vans. Je fis demi-tour afin de trouver une place en dehors puis retournai à l’écurie. L’épreuve ne commençait que dans trois heures mais déjà un monde fou se préparait dans les écuries et les chevaux, tous plus beau que les autres, étaient aux petits soins. J’inspirai profondément cherchant ainsi à calmer ma respiration et mon cœur qui battait la chamade dans ma poitrine. Une boule d’angoisse se forma alors au niveau de mon vente : et si je n’étais pas à la hauteur ?
Il fallait absolument que je m’enlève ces idées de la tête. Il était évident qu’avec Scarlet nous ferions un tabac. Nous nous étions entraînés durs après tout. Et si Scarlet était dans sa bonne humeur, il n’y avait pas de raison que cela ne fonctionne pas entre nous pas vrai ?

Alors que j’arrivai à l’écurie, je découvrais un tout autre cheval. L’étalon avait la tête sortie du box, les oreilles plaquées en arrière. Il semblait tendu. La présence des autres chevaux proches de lui le rendait exécrable. Je soupirai, bon de toute façon j’avais décidé de participer pour m’amuser avant tout non pas pour gagner.

« Hé doucement mon cheval. Comment ça va ? »

Je m’étais approchée du box et il avait tourné une oreille dans ma direction alors que je m’étais approchée de lui. Il semblait se calmer par ma simple présence et je souris. Je passai la tête par-dessus le box pour voir qu’il n’avait pas enlevé les pions réalisés la veille et j’en fus soulagée. Hier avait été très compliqué. Scarlet n’avait pas arrêté de bouger comme s’il en avait marre d’être papouillé et moi, j’avais dû recommencer un bon nombre de fois les tresses afin d’avoir des pions réguliers et jolis.
J’entrai alors dans le box. Tout d’abord j’eus envie de l’attacher et de le préparer ainsi mais je savais pertinemment que le préparer alors que l’épreuve n’était pas tout de suite ne servait à rien. Alors je lui passai le licol et laissant la couverture, je le sortis du box. Là je dus user de ma voix pour me frayer un passage et la tête menaçante de Scarlet aida à ce que les chevaux et propriétaires se tiennent tranquilles.

Finalement, nous sortîmes de l’écurie. La neige commença alors à tomber doucement sur la structure. Nous allions avoir une sale journée malheureusement. Loin de l’excitation ambiante, Scarlet semblait se relaxer je le sentis plus posé sur ma main et moins agité. Ses oreilles s’étaient décollées de sa nuque et il avait le port de tête relevé. La neige tombait sur nous mais sa couverture le protégeait en parti et il me semblait que prendre l’air frais lui faisait du bien.
Je gratouillai doucement son encolure alors que l’étalon s’était arrêté à l’entrée des paddocks pour humer l’air frais. Il avait ses oreilles pointées vers l’horizon comme s’il avait besoin d’un long galop le long des champs pour évacuer le stress. Comprenant finalement que je ne lui permettrais pas son quart d’heure de folie, Scarlet baissa la tête pour arracher quelques brins d’herbe présents sur la lice.

Finalement la musique fut mise en place et, l'écurie qui, jusqu'alors, n’avait que des allures de grosse foule oppressante, devenait désormais des allures de compétition officielle. Je souris et l’excitation de l'événement qui arrivait reprit place dans mon corps. Même Scarlet, qui avait commencé à brouter, avait relevé vivement la tête.

«On va y aller petit cheval ?»

Il souffla bruyamment mais replongea la tête dans son herbe verte et certainement juteuse. Sa robe, au niveau de l’encolure, se ternissait doucement au fur et mesure que la neige tombait sur nous et mes cheveux, sauvagement attachés en un chignon rapidement réalisé, bouclaient avec l’humidité. Si nous restions encore longuement ici, nous ne ressemblerions ni lui, ni moi, à rien.
Je tirai doucement la longe et de mauvaise grâce mon alezan accepta finalement d’abandonner son festin pour me suivre dans les écuries. À peine avions nous passé la porte que l'équidé se tendit. Il releva la tête et je le sentis hésitant à l'idée d’entrer. Je l'encourageai de la voix.

«Aller petite bouille »

Finalement l'étalon passa un sabot dans l'écurie et engagea les autres. Il me restait quelques heures avant que je ne passe. J'allais donc profiter du temps qui m'étais accordé pour prendre soin de mon étalon. Au vu du monde je pris rapidement conscience que je ne pourrais pas le brosser à l’extérieur de son box.
Je le rentrai donc bien au chaud dans sa petite maison en espérant qu'il ne m’en veuille pas trop d'être là dans son endroit privé. Je ne l’attachai pas, le but ici n'était pas que je sois perçue comme une ennemie dans son abris. Scarlet descendit la tête sur sa paille pour retrouver, très certainement, un peu de sérénité. Cependant, le moindre bruit lui faisait relever la tête avec vigueur.

Je pris mon bouchon après avoir enlevé la couverture de mon grand cheval. Avec ma brosse j’enlevai les brins de paille qui s'étaient accrochés à sa robe ainsi que les poils morts. Je continuai le pansage par la queue que je démêlai le mieux possible. Je ne vis alors pas le temps passer et les premiers concurrents furent appelés. Je me hâtai pour nater sa queue. Scarlet mit du sien et je n’eus aucune difficulté pour terminer le soin.
Ensuite, je revins à la crinière, quelques mèches rebelles s'étaient échappées des élastiques et je pris une chaise afin de me hisser à la hauteur de l'étalon une fois ce dernier la tête attachée en hauteur. Je refis alors les quelques pions qui le méritaient puis le détacha.
Un bref coup d'œil sur mon téléphone m'avertie que notre tour allait bientôt arriver. Afin de terminer le pansage, je goudronnais les pieds de Scarlet et sa corne devint alors noire pure et brillante. Je le regardai quelque peu fière de mon travail.

Finalement ce fut l’heure et je sortis Scarlet du box. Il me suivit sans grand entrain alors ma chambrière vint lui tapoteres flancs afin de le mettre dans le mouvement. Il fouetta de la queue pour montrer son désaccord et j’osai la voix

«Et alors !»

Finalement il se soumit et avança. Nous n'étions pas au niveau des juges mais dans la petite partie réservée à la “détente”. Je le gardai dans un pas énergique pour le stimuler. Je lui fis faire quelques foulées au trot mais veillait à ce que je garde mon souffle. Regardant autour de moi je remarquai que tous les cavaliers présentant étaient immaculés. Parfaitement maquillés, leurs cheveux étaient attachés en chignons impeccables et leurs plus beaux pantalons blancs étaient sortis.
Je depoussiérai rapidement mon pantalon noir et avec une pince qui traînait sur ma veste j'accrochai mes cheveux en un chignon grossièrement fait. D’un doigt j’effaçai les traces de sueur présentes sur mon visage et respirai. Pendant mes préparations Scarlet s'était relâché et marchait désormais d’un pas plutôt lent.

Mais je n’eus pas le temps de reprendre mon étalon que mon nom se fit entendre joint à celui de Scarlet. C'était l’heure. Une boule d'angoisse prit place dans mon ventre me bloquant presque la respiration. Cependant je ne m’avouai pas vaincue je n'étais même pas encore passée. Ma chambrière stimula les postérieurs de l'étalon qui mit alors plus d'entrain dans son pas et nous sortîmes de la piste de détente.


Le manège avait été richement aménagé pour l’occasion. Une table blanche était placée sur la piste et derrière seuls les visages des trois juges ainsi que leur haut du corps étaient visibles. Des pots de fleurs que je doutais être des pensées colorées étaient présents formant un triangle dont nous devions faire très certainement le tour. Nous nous étions entraînés pour cela il ne devait pas y avoir un quelconque soucis pour cette compétition j’imaginais.
Je souris pour décontracter mon corps et avançai d’un pas que je voulais sûr reflétant l’envie de gagner. Arrivée devant la table des juges j’arrêtai Scarlet qui s’arrêta formidablement au carré. Cependant ici ce n'était pas ce que nous cherchions. Je poussai sur son poitrail pour le reculer mais il fit un pas de trot et je j'avançai. À nouveau il s’arrêta au carré. À ce moment je ne devais pas être mon sang froid et prendre mon temps. Les juges avaient l’habitude très certainement de ces chevaux qui refusaient de poser pour leurs beaux yeux. Je m’efforçai de garder mon sourire et finalement Scarlet se plaça. Alors les juges examinèrent avant de prendre des notes. J’avais chaud sous ma veste mais l’air était froid. L'adrénaline de la compétition prenait le dessus.

Je vis alors un hochement de tête de la part d’un des juges. J’en conclus que je pouvais passer à la suite. Je pris le pas que je stimulai par un discret tapotement de la chambrière sur les flancs de Scarlet. Je veillais à bien rester à l’extérieur du triangle afin que les juges puissent le voir dans toute sa splendeur. Je fis le tour des pots de fleurs et revint alors ah sommet du triangle soit vers eux.
Alors je tirai sur la longe et avec la chambrière demandait le trot à mon étalon qui, une fois n'étant pas coutume, accepta de se soumettre et prendre l’allure. Je pus alors dérouler la suite de mon tracé sans problèmes. À nouveau je me retrouvais devant les juges qui prirent des notes. J'attendais bêtement ici jusqu'à ce que je remarque que l'organisatrice me faisait de grands signes pour me rappeler et je pris le trot pour sortir en me mordant la lèvre inférieure.


Je sortis du manège et respirai un bon coup. J'avais besoin d'évacuer tout le stress alors je mis Scarlet dans le rond de longe en liberté. Avec ma chambrière je le stimulai mais l'étalon semblait croire qu’il ne travaillerait pas aujourd'hui. Il n’avait pas tord dans ses analyses mais je ne le laissai tout de même pas s’allonger lorsque je remarquai qu’il tournait en rond et frappait le sol.
Il reprit alors le pas suite à ma demande et finalement prit le trot après avoir été longuement poussé par la chambrière. Je le tins dans cette allure quelques tours puis demandais un changement de direction en lui bloquant le passage et le poussant contre la barrière.
Il s'exécuta en repassant au pas. Je fis claquer la chambrière sur ses fesses et haussant la voix.

«On y va là Scarlet !»

La réaction fut immédiate et l'étalon prit le galop en jetant un postérieur. Un des pions vola et sa tresse de queue se défit immédiatement. Je le laissai galoper quelques tours puis le repassa au trot pour redemander un galop en douceur. Scarlet s'exécuta et après quelques tours encore une fois je le repassai au trot puis au pas. Je le tournai le dos et il comprit rapidement que la fin de séance avait touchée à sa fin. Je l'entendis frapper de son pieds le sol avant que le son de son corps tombant lourdement sur le sol ne se fasse entendre. Il soupira fortement. Je me retournai pour le voir allongé et essayant en vain, de se retourner.
Finalement il y arriva, se frotta encore un peu sur le sol avant de se relever. Il me rejoignit et j'accrochai la longe à son licol. Nous rentrâmes au box où je lui remis sa couverture.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vétérinaire
Vétérinaire

Messages : 209

Date d'inscription : 24/04/2016

Navigation :
❅ CHEVAUX.
AG Wolfgang.
Magical Feeling.

❅ COMPTE.
Bank.
Visites.
Journal.



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Résumés ->22.05.16] Compétition Show   Sam 21 Mai - 17:09


ft. AG Wolfgang & Venceslas

Résumé de la compétition de show.

Shining
L’on parlait souvent de Venceslas comme d’un jeune homme sérieux et réfléchi, presque calculateur. Ils n’étaient que peu à savoir que sous cet air froid et détaché, que derrière ces jolis yeux d’un bleu profond se cachait une véritable âme de joueur. Un poil flambeur, le jeune homme avait aimé et chéri la vie comme peu le faisaient. Il avait su profiter des plaisirs et s’il avait maintes fois frôlé la vénalité, il avait toujours réussi à cacher cette partie de lui. Pourtant, ce côté obscur qui vivait en son cœur avait trouvé à s’exprimer récemment. C’était en effet sur un coup de tête qu’il avait engagé son jeune étalon, l’inscrivant sur une liste plutôt bien agrémentée. Il ne s’était même pas demandé dans quoi il l’avait engagé jusqu’à récemment. Un concours de modèle et allures. Il avait soupiré en s’en rendant compte. Jamais il n’aurait pensé se résoudre à une telle représentation … Ce qu’il aimait chez son alezan, c’était sa force, sa fougue, ses emportements de jeune mâle se découvrant. Jamais il ne parviendrait à avoir le dessus dans une carrière et d’ailleurs, il s’en voudrait de profiter de sa docilité. Pourtant, au-delà de cette impétuosité qui caractérisait le jeune homme, il refusait encore moins les défis. Il s’était engagé en se pensant le plus malin mais il irait jusqu’au bout de l’aventure, quel qu’en soit le prix.

Il ne mit pas beaucoup de temps pour arriver aux écuries et ce, malgré les routes détrempées. Son automobile avait été conçue par des ingénieurs à la pointe de leur technique et elle venait de ces pays habitués aux mauvaises conditions météorologiques aussi, il la savait fiable. Il la gara dans un coin isolé puis prit la direction du box de son jeune étalon. Sur la route, il croisa deux propriétaires avec lesquels il parlait souvent. Ils s’arrêtèrent tous, discutèrent quelques minutes et ils décidèrent qu’ils se retrouveraient pendant l’épreuve : ils semblaient déterminés à scruter leur prestation. Par chance, si Wolfgang se montrait impétueux voire caractériel sous la selle, il était d’une douceur obscure en main. Se rassurant via ce postulat, le Tchèque reprit son chemin. Quelques cavaliers s’affairaient déjà autour de leurs montures si bien qu’il pressa un peu le pas. Excité sans doute par toute cette activité qui faisait bouillonner les écuries, le bel alezan tenait sa tête haute par la porte de son box, laissant ses beaux yeux bruns courir sur tout ce qui l’entourait. Venceslas le salua d’une longue caresse puis il entra dans son box. Les garçons prirent quelques minutes pour se dire bonjour : Wolfgang était un étalon et le premier contact ne pouvait lui être imposé.

En plein cœur de l’hiver, le mâle dormait avec une épaisse couverture en laine. Venceslas commença donc pas la lui ôter. Il défit chacune des attaches puis fit glisser l’épais tissu sur son dos, découvrant d’abord son garrot, dévorant ensuite des yeux son dos qui se musclait de jour en jour et terminant en dévoilant la croupe puissante et bien dessinée. Le grand hanovrien tressaillit mais paisible, il plongea à nouveau sa tête dans la paille, sa respiration profonde participant à faire un trou jusqu’au sol. Le jeune homme se mit à rire puis, à l’aide de son pied, repoussa un peu de paille dessus. Il fit alors le tour de l’étalon et palpa ses membres : ils étaient sains. Il jeta ensuite un coup d’œil à sa montre.

« Allez Wolf, il est l’heure de se préparer ! »

Il s’éclipsa juste le temps d’aller chercher de quoi s’occuper de sa monture puis il lui présenta son licol. Docile et bien disposé, le bel entier plongea son joli nez dedans, se laissant ensuite guider. Doux et conscient de l’effort qu’il allait lui demander, Venceslas prenait le temps de le récompenser pour le mettre en confiance et lui communiquer un peu de sa sérénité. Il ouvrit en grand la porte du box puis, le mâle sur ses talons, il se dirigea vers les stalles de pansage. Il pourrait ainsi lui graisser les sabots sans risquer de le refaire passer dans un endroit paillé. Il commença avec son étrille, nettoyant d’abord en gros la robe de son étalon. Des poils se détachèrent de son corps et formèrent comme d’épais moutons. Il passa deux fois sur chacune des parties charnues du corps de l’alezan, se concentrant sur ses bas flancs. La moindre des choses était de présenter un cheval impeccable, d’autant plus qu’il y aurait du beau monde à n’en pas douter ! Une fois ces coups d’étrille donnés, le garçon prit son bouchon. Brossant toujours dans le sens du poil, il fit un premier passage pour ôter tous les poils morts qui jonchèrent rapidement le sol. Il repassa autant de fois qu’il en fallut pour que la robe de son mâle ne commence à briller.

Ils avaient été nombreux à vanter les reflets flamboyants de l’entier et s’ils devaient être vus, c’était bien aujourd’hui ! Venceslas noua la queue de son étalon et s’appliqua à bien panser les jointures. Souvent négligées, elles étaient souvent plus poussiéreuses que le reste du corps, ce qui n’était d’ailleurs pas sain. Pour être sûr de nettoyer son étalon plutôt que de le salir à nouveau, il passa de nombreuses fois son bouchon sur son étrille dans un geste vif mais précis, tant de fois il l’avait fait déjà. L’étalon commença à trouver le temps un peu long et il le fit savoir en claquant son pied au sol dans un boucan insupportable. Venceslas le rappela une première fois à l’ordre puis une seconde. Il allait s’apprêter à réagir une fois de plus quand une fois étrangement familière l’interrompit.

« Les jeunes chevaux ! Ils ne tiennent jamais longtemps en place … encore que le vôtre a l’air de bien se tenir. Il doit tenir à vous. »

Le jeune homme n’eut même pas le temps de réagir que la demoiselle attachait à un des piquets de la stalle une balle qui attira tout de suite l’attention de l’entier qui cessa de manifester son exaspération, complètement absorbé par la contemplation de ce nouvel objet. Venceslas la remercia et ils discutèrent un peu. Elle semblait étonnée de voir qu’ils allaient participer à cette compétition et le Tchèque lui confia qu’il l’était aussi. Les jeunes gens se mirent à rire et dans le même temps, l’homme prit la brosse douce. Il accéléra un peu l’allure, la robe de Wolfgang brillant déjà de mille feux. Il avait gagné du temps déjà en prenant régulièrement soin de sa crinière et de sa queue : elles étaient impeccables ! Il prit simplement une éponge et nettoya les parties les plus sensibles et délicates de son cheval. Ne manquait que la touche finale : le graissage ! Il prit chacun des sabots de son étalon et les cura d’abord à fond. Avant de passer à l’épisode le plus délicat, il prit le temps de balayer la surface de la stalle : il ne voulait pas qu’un mouton de poils ne s’accroche sur les sabots de l’alezan.

Il fit ensuite la sole de chacun des sabots à l’aide d’un pinceau puis couvrit ensuite le sabot lui-même. Les pieds de l’étalon étaient presque étincelants. Jeanne le fit remarquer et lui souhaita bonne chance avant de disparaître dans la cohue. Les couples avaient tous revêtu la tenue réglementaire et Venceslas s’empressa de faire de même. Chaussure souple afin de ne pas être gêné dans son évolution avec le mâle mais sobre pour ne pas faire tâche ; costume de conséquence mais assez large là encore pour lui permettre des mouvements amples. Il termina en accrochant son numéro de dossard sur le dos de sa veste puis il l’enfila. Il rattacha sa longue unique au licol du puissant mâle puis le mena vers le rond de longe. Ils avaient chacun un peu de temps pour échauffer leur cheval. Venceslas ne perdit pas une minute : il longea d’abord son étalon au pas, aux deux mains puis, d’un bref claquement de langue, il le lança au trot. Content, Wolfgang trotta fort avant de prendre le galop de lui-même et de lancer de puissantes ruades. Mieux valait qu’il se défoule ici plutôt que devant les juges ! Venceslas le força pourtant à reprendre le trot, accordant une importance stricte à ne pas tirer sur ses muscles encore tièdes. Il termina par une brève session de galop et à peine l’arrêta-t-il que la nouvelle tomba : il neigeait à gros flocons.

Les organisateurs avaient installé à la va-vite des chapiteaux pour que les chevaux ne soient pas mouillés durant le court trajet rond de longe/manège. Wolfgang trotta presque et Venceslas en profita pour s’assurer de son écoute. Avant d’entrer dans le manège et de profiter de l’espace restreint accordé aux cavaliers qui allaient passer d’ici peu, le hanovrien se redressa. La musique était forte et il s’en émut quelque peu. Le Tchèque décida de ne pas le forcer : il lui parla doucement et le fit tourner au pas dans l’espace que leur offraient les chapiteaux. Il le caressa beaucoup de fois et quand il sentit qu’il se détendait enfin, il lui présenta à nouveau la porte. L’alezan marqua un temps d’hésitation mais comme s’il voulait bien agir pour lui, il se résolut à entrer. La vue des autres chevaux lui donna un coup de fouet : jeune étalon plein de testostérone, il voulait parader et se montrer. C’était parfait, Venceslas s’en servirait. Il demanda plusieurs fois à son étalon des arrêts et des départs au trot, félicitant chaudement chaque fois qu’il obtenait un retour positif.

« Le couple numéro 8, AG Wolfgang et son propriétaire, Venceslas. »

Les garçons entrèrent dans le rectangle strictement délimité et saluèrent une première fois les juges qui prirent note de son nom. Ils échangèrent afin de s’assurer du sujet : étalon allemand de trois ans, alezan, première participation en concours, etc. La démonstration commença alors. Venceslas fit un court tour au pas pour montrer l’allure générale de l’animal puis il revint vers les juges, stoppant cette fois son imposante monture. Wolfgang s’exécuta, redressant son encolure et braquant ses jolis yeux sur eux. Il respirait calmement et semblait serein. Venceslas en remercia les cieux, au cas où un quelconque dieu s’y trouvait. Il le présenta de face puis de profil, priant à chaque instant pour qu’il ne se lasse pas. Wolfgang s’interrogeait sans aucun doute sur la manœuvre et de fait, il n’était pas contrarié de ne pas bouger. Pour s’épargner un départ pleine balle, le Tchèque ramena discrètement sa chambrière en avant d’eux : jamais son alezan de flammes ne passerait devant. Ils partirent d’abord au pas, passant à l’extérieur des petites barrières à hauteur de mi-canon qui dessinaient un circuit. Quand ils arrivèrent à nouveau devant les juges, Venceslas fit sa main un peu moins ferme et fit un grand pas, impulsionné.

Le mâle enroula son encolure, prenant le grand trot. Son cavalier n’eut qu’une seconde pour réagir mais il parvint à le garder au trot et d’un petit mouvement sec, il rappela son mâle au calme. Décontenancé, l’étalon se redressa vivement mais garda le trot. Venceslas sentit son cheval se tendre et devenir fébrile : tout lui revenait. La foule, la musique, la neige … Venceslas fut soulagé de pouvoir reprendre le pas et représenter son cheval à l’arrêt. Les juges les scrutèrent du regard d’abord, vérifiant que l’étalon était calme. Le jeune homme était incapable de dire si certains d’entre eux tiquaient ou non. Ils quittèrent ensuite leur chaise et s’invitèrent sur le carré. Il était important, dans ces concours, de venir au plus près des chevaux et de les toucher : c’était la seule véritable manière de s’assurer de leur état de stress. Venceslas, voyant cette armada approcher, caressa son alezan en lui parlant tout bas. L’alezan lui fit assez confiance pour se laisser toucher sans trop broncher, signalant après quelques minutes que s’en était assez en faisant claquer sa queue dans l’air froid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Cavalier pro
Cavalier pro

Messages : 194

Date d'inscription : 30/04/2016

Chevaux : Iconic,Mohawk (mission)

Navigation : banque

Iconic



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Résumés ->22.05.16] Compétition Show   Dim 22 Mai - 13:03




Débuts prometteurs

       Les couleurs se faisaient plus ternes et les cavaliers quittaient le domaine peu à peu. Cela signifiait qu'il devait être au moins dix-huit heure trente.J'avais laissé la jument au pré aujourd'hui pour qu'elle profite du soleil et de l'herbe tendre. J'allais me chercher une barre chocolatée à un des distributeurs présents devant les écuries quand un vieil homme m'interpela .

"Vous pourriez surveiller mon ch'val siouplait ?
-Avec plaisir"
      Je lui rendis le sourire qu'il m'offrait et allais me poster près du bel hongre gris. C'était un bel espagnol à la crinière ondulée. Je caressais le chanfrein du beau mâle en attendant son propriétaire qui revenait bientôt avec le filet de son compagnon quadrupède.


"Vous êtes bien gentille ! Votre nom c'est..?
-Laura !
-C'est vous la proprio de l'arabe?
-euh... oui c'est ça, pourquoi?
-Pour rien, belle bête ! vous vous y connaissez en poulains?
-Pas encore parfaitement, mais j'aimerais bien me spécialiser dans leur apprentissage.
-C'est une bonne chose. Moi c'est Thierry et le cheval que vous caressez, c'est Bailador."

       Une dernière caresse à son puissant cheval et je saluais l'homme bedonnant. Je me dirigeais vers le pré tout en repensant à cette rencontre. L'homme semblait s'y connaître en matière de jeunes chevaux et il avait été très agréable avec moi. Peut-être aurais-je l'occasion de lui reparler et de lui demander des conseils pour ma jument? Le temps d'imaginer une conversation avec cet homme et j'étais déjà arrivée devant la clôture du pré. Je crus apercevoir la queue en panache de ma jument devant la pile de foin au loin. Avant de m'assurer que c'était bien la pouliche dont j'avais la charge, je me dirigeais vers l'interrupteur qui me permettrait de couper le courant pour une courte durée. Celui-ci étant un peu capricieux, je dus m'y remettre à deux fois avant de bloquer le courant. La voie était libre, je pouvais m'immiscer dans le lieu de pâture des poneys et des chevaux du domaine. Un pie massif me fit face alors que je n'avais pas fait dix mètres.


"Eh coco, tu te pousses un peu?"

       Une légère pression sur le poitrail et le pie recula et se mit à galoper comme un fou le long de la barrière. Je m'approchais du tas de foin et ne voyais plus ma jument. Où avait elle bien pu aller? C'est par une petite bousculade qu'elle me signala sa présence. Son bout du nez tout rose s'appuyait sur ma colonne dorsale. Je me retournais rapidement, surprise. Elle eut un léger mouvement de recul mais restait là, attentive.


"Salut poupée !"

 
        J'étais complètement attendrie par sa petite tête aux poils clairs. C'était elle qui était venue à ma rencontre et je ne pouvais qu'apprécier sa venue, bien que son interpellation fut un peu maladroite. Je couvrais sa tête du licol de cuir rutilant et elle se laissait faire. Elle marchait près de moi et je dus lui rappeler que son épaule ne devait pas me dépasser. C'est à renfort de grands mouvements amples des bras que je lui fis prendre conscience des limites à ne pas franchir. Nous marchions à un rythme soutenu et arrivions vite devant la clôture maintenant sans danger. La jument prit tout de même ses distances avec celle-ci. Après avoir refermé derrière nous et remis le jus, nous nous mettions en marche vers les premiers bâtiments de briques. J'attachais la longe du licol à un anneau du mur. Je sortais l'étrille américaine du sac de pansage . Une couche de boue épaisse s'était formée sur son épaule droite.
 
      J'aimais par dessus tout panser la robe des équidés que je montais ou que je travaillais. J'y passais des heures et des heures et ce depuis que j'avais débuté l'équitation.

"Quand faut y aller..." soupirais-je.

       La marque était tenace, elle ne se décidait pas à partir. Les vas-et-viens incessants de la brosse métallique sur son muscle agaçaient la pouliche. Ma main et son outil se décalèrent de sorte à ne pas la lasser. Mes gestes étaient doux, la brosse n'appuyait pas excessivement sur le pelage du cheval, qui était en alerte aux moindres bruissements de feuilles ou piaillements d'oisillons. Une fois le reste de la robe étrillé, je revins sur son épaule en insistant bien. La trace disparaissait peu à peu. Ma jument n'était pas nickel mais le plus gros de la saleté était partie. Un passage de la brosse dure dans le sens inverse du poil d'abord et dans le bon sens peu après pour enlever l'intégrité des poils morts et éliminer les dernières traces de terre. Après, je brossais la queue de la jument, commençant par la fin des crins et remontant petit à petit. Sa queue n'était pas très fournie et d'autant plus facile à démêler. Après le peignage de la crinière, je curais les pieds de la belle grise. Elle possédait des fourchettes sensibles alors je grattais le sabot avec délicatesse. Elle ne refusait pas de me donner ses pieds aujourd'hui et était, de plus, très bien lunée. La brosse douce fut passée sur son encolure, ses membres et sa tête. La jument ne se débattait pas pour une fois et je la récompensais d'une petite séance de grattouilles derrière les oreilles, chose qu'elle appréciait, manifestement. Je me mettais à peigner les longs poils qui prenaient naissance à ses canons. Je m’emparais d'une paire de ciseaux et égalisais avec une précision digne d'un maître joailler ces poils. Je ne coupais pas long du tout, le but n'étant pas de faire disparaître ces longs filaments de kératine. Je désirais simplement rendre la jambe plus belle et le résultat m'apparaissait comme satisfaisant. Si l'on avait montré des photos avant-après de la coupe, peu de cavaliers auraient vu la différence, mais moi je faisais très attention à ces petits détails. J'étais de nature très observatrice. La queue fut également coupée. Pour qu'elle garde un côté naturel, je passais mon bras sous l'attache de cette dernière et coupais chaque poil aussi court que celui qui précédait. La coupe me convenait parfaitement. Le poil d'Iconic était rutilant. C'était suffisant pour aujourd'hui. Je remis la jument au box pour la nuit, veillant à ce qu'il n'y ait pas de copeaux dans son abreuvoir et dans sa mangeoire. Un gros bisou sur le chanfrein et un bout de carotte plus tard et je rangeais mes brosses dans le sac.
       Une fois arrivée chez moi, je me servais un bol de légumes cuits à la vapeur. Quel délice ! La télé était allumée et une série policière l'animait. J'engloutissais une tasse de thé et deux biscuits spéculoos pour le dessert. Je me couchais de bonne heure cette nuit là pour être en forme pour le concours du lendemain.

*bidip bidip*



      Je sortais de mon demi sommeil lorsque mon téléphone se mettait à sonner.
"Demain, je t'emmène."


       C'était mon meilleur ami, Louis. J'émergeais doucement de sous mon plaid pour lui répondre.


"Tu es sûre? demain lève toi tôt."

"ok. bises"

       Je me rendais alors compte que j'étais allongée sur mon canapé. Je m'étais assoupie devant ma série depuis au moins trois heures. J'en étais sûre car ma télé s'était mise en veille. Je montais dans ma chambre à l'étage sans débarrasser. Mes affaires étaient déposées sur le dossier de ma chaise depuis ce matin, préparées à l'avance pour le concours du lendemain.

     
Je me couchais enfin dans mon lit.


***

       Je mangeais goulument mon porridge du matin quand Louis vint sonner chez moi.


"J'arrive !!"
      Nous avions longuement parlé de ma tenue qu'il trouvait, je cite, "désastreuse". En effet je portais mon pantalon marron et une blouse de la même couleur. Mes cheveux étaient en pagaille et mes yeux cernés. Il insistait tellement que je remontais rapidement dans ma salle de bain pour souligner mes yeux verts-marrons d'un trait de crayon noir dans la muqueuse. J'en profitais pour natter mes cheveux et remonter les quatre tresses en un épais chignon. Deux fines mèches de cheveux bouclés tombaient sur mon front. J'enfilais autour de mon poignet un bracelet à breloques et à clochettes avec l'idée que cela pourrait réveiller une jument qui viendrait à s'endormir devant les juges. J'étais fin prête.
      Au domaine ardéchois, pas un mètre carré n'était pas occupé. Une grande concentration de vans et de voitures dans le parking, une accumulation impressionnante de femmes et d'hommes en tenues sombres dans les allées et tous les chevaux en alerte dans leur box. Je dus bousculer quelques épaules pour accéder au box de ma jument. Elle était recluse au fond de celui-ci, apeurée par tant d'agitation.

"Alors ma grosse? stressée ? C'est le jour-j !" lui lançais-je.


      Je fis un pas dans son box, fermai la porte derrière moi et m'agenouillais. Elle me considérais longuement avant de se décider à venir me voir. Ses yeux grands ouverts, ses oreilles aux mouvements dynamiques... Tous ses sens étaient en alerte. Elle n'était pas habituée à tant de remue-ménage près d'elle. Je la caressais amoureusement et lui proposais un quartier de pomme verte. Elle s'empressa de gober la friandise, se rappelant peut-être que je risquais de la lui reprendre.

"Mais quelle morfale celle-ci..."


      Mon ami apparaissait à l'encadrement de la porte. Il me pressait.
"Tu ne veux pas te grouiller un peu?! Il te reste trois heures et tu n'as même pas commencer à la brosser.
-trois heures?!
-Non non trois jours..."


       Je me dépêchais alors d'étriller la jument. S'ensuivit une longue session de bouchonnage. La jument ne bougeait pas d'un cil, trop occupée à humer les senteurs de sueur, de poussière, de graisse et de shampooing. La queue n'était pas remplie de nœuds comme d'habitude mais avait quelques brins de paille qui y avaient élu domicile. Un bon coup de brosse et elle fut parfaitement démêlée et les brins dorés furent chassés. Je me mis alors à tresser cette queue grise. Je m'attaquais ensuite au piontage de la crinière. La jument étant petite, je n'eus aucun mal à réaliser cette "coiffure".

      Ma jument était sublime. Elle brillait de milles feux. Il me restait un peu de temps et, contrairement à la majorité des participants au concours, je ne me voulais pas me diriger vers l'endroit destiné à la détente des chevaux. Je préférais faire le tour des écuries, la laisser brouter un peu pour calmer la jument grise avant son passage. Mais avant même de faire un pas dehors, la jument se braqua totalement. Je regardais alors les étendues herbeuses qui bordaient les écuries. Elles étaient blanches. Complètement immaculées. Comment cela était- il possible? En à peine deux heures et demie, labs de temps depuis lequel j'étais arrivée au domaine, la tempête qui soufflait dehors avait métamorphosé les lieux. Je ne pouvais plus réaliser le tour du domaine comme je l'espérais. Alors je voulus me diriger vers une aire destinée au pansage pour appliquer la graisse aux sabots de ma belle (chose que j'avais complètement oubliée jusqu'à ce que je m'aperçois des nombreuses traces noires qui jonchaient le sol) mais la pouliche ne voulait rien entendre. Elle ne bougerait pas. Je lui parlais, tout en caressant son encolure:

"bon... Georgette... Tu avances? Les flocons ne vont pas te manger..."

      Après deux longues minutes de négociation avec la capricieuse, je la couvrais de mon blouson et enfin elle avança.
"Et bien maintenant c'est moi qui ai froid !"


      Arrivant sur la place réservée aux soins des chevaux, j'ouvris le pot de graisse. J'appliquais ce vernis sur toute la sole des pieds de l'arabe puis sur la paroi extérieure des sabots. Le contraste entre la noirceur de ses sabots et son poil lumineux était divin. Plus qu'une dizaine de minutes. La moitié des participants étaient passés. Nous nous rendîmes alors dans le petit manège. Deux couples cavalier-cheval y étaient déjà présents. Le vent du dehors s'engouffrait dans le manège dans un bruit assourdissant. Je ne pouvais même pas entendre la voix du présentateur qui parlait avec véhémence dans les hauts-parleurs depuis le manège où les chevaux étaient présentés. Ma jument était submergée par ses émotions, oscillant de la tête constamment. Des paroles douces et elle se calmait déjà. Je l'emmenais sur la piste et lui demandais un pas actif, ce qu'elle me donnait sans problèmes. Un départ au trot? sans soucis, la jument gardait une allure très aérienne. Du mouvement à l'entrée du manège attirait mon attention.
"Laura !! C'est à toi!" me hurlait Louis.


      C'est en courant que je le rejoignais, la jument toujours au trot près de moi. Nous allions vers le manège décoré pour l'occasion avec des rubans, quelques bouquets et de grandes pancartes. Je fis mon entrée et allais saluer de la période les juges. L'un deux portait un vêtement rouge bien trop grand pour lui. C'est d'ailleurs celui ci qui me fit signe que tout était en ordre et que je pouvais débuter.

      J'amenais ma jument au pas sur le triangle délimité par des pots de fleurs. Je l'arrêtais de profil, à quelques mètres des juges. Je me plaçais devant elle et lui susurrais des mots doux. Elle concentrait toute son attention sur moi. Une bulle d'intimité se formait autour d'elle, comme si elle faisait absence du monde qui l'entourait. Elle s'était rapidement calmée, sa tête était haute, ses naseaux dilatés. Le côté face aux juges était suffisamment ouvert pour que les deux membres de l'autre côté ne soient pas cachés. Je restais immobile, attendant un signe pour passer au pas. C'est l'homme à la veste trismégiste et pimpante qui m'envoya le signal.

       Je tournais le dos aux juges et partais pour mon tour au pas. La jument était à l'écoute, l’œil brillant. Ses foulées étaient longues, elle avait une bonne allure. Je me tenais à la hauteur de son épaule et pas à un seul moment elle ne me dépassait. L'empreinte de ses postérieurs dépassait presque celle des antérieurs, son pas était souple. J'étais fière d'elle et surprise par ce contrôle. Le départ au trot qui s'ensuivait fut un peu mou. J'agitais alors mon poignet droit sur lequel tenait un bracelet. Les charmes qui s'entrechoquaient tintaient et la jument fut tout de suite intriguée par l'objet. Ses oreilles se tenaient très droites, sa queue était relevée sur son dos et chaque fois que les breloques carillonnaient la jument trottait avec un peu plus d'énergie. Elle était tellement concentrée sur moi qu'elle semblait avoir oublié l'atmosphère glaciale des lieux. J'arrêtais ma jument presque en catastrophe quand je découvris que le tour était effectué. Il y avait eu une telle osmose entre elle et moi que je n'avais pas vu le temps passer. La jument se plaçait convenablement et les juges vinrent l'examiner d'un peu plus près. Elle commençait à agiter sa queue et des signes d'agacement montraient le bout de leur nez dès qu'un jury s'approchait de trop près. J’eus bien plus de mal à garder l'immobilité qu'au premier arrêt. Une des jurés me fit comprendre que c'en était fini et qu'il fallait que je quitte les lieux. Nous relâchions alors toute tension et retournèrent dans le manège où nous avions effectué la détente. Étrangement, il était vide. Je lâchais alors ma jument et la laissais se défouler au galop.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Divinité équestre
Divinité équestre

Messages : 774

Date d'inscription : 25/10/2015



Voir le profil de l'utilisateur http://ecurie-andromedae.forumactif.org
MessageSujet: Re: [Résumés ->22.05.16] Compétition Show   Jeu 9 Juin - 21:02



Résultats



Compétition ∝  A résumé
Discipline ∝ Show/ allures et modèles
Niveau ∝ Club
Date fin dépôt résumés ∝ 22/05/16


Points gagnés/perdus à l'issu de l'épreuve ∝
+5% de trot
+3% complicité
-10% forme
-5% moral

Prix ∝
1ère place : 800€ +1 point cavalier
2ème place : 500€
3ème place : 300€
Les autres : 100€
Les disqualifiés : 0€ -1 point cavalier

Résultats !

AG Wolfgang présenté par Verlockung  pour Verlockung - Joli résumé ! J'ai beaucoup apprécié le temps que tu as pris pour préparer ton étalon et j'imagine qu'il devait être incroyablement beau ! Tu as rajouté des éléments qui n'étaient pas précisés dans les pistes données pour le résumés et franchement c'était pas mal du tout ! Cependant, je trouve qu'on reste fortement sur notre fin (et faim ) alors que tu conclues en quelques lignes la prestation.

Ce qui te donne une note pour le résumé de 9,5/10
Note globale = 49.5

Et c'est la première place !

Scarlet présenté par Hurricane  pour Hurricane- J'ai apprécié lire ce résumé, d'autant plus que l'on ressent bien le trac de ton personnage qui l'oublie totalement en entrant dans le manège ! Ton cheval était fidèle à lui-même. Cependant tu aurais gagné à décrire un peu plus le passage devant les juges je pense, je suis restée sur ma faim à ce niveau là

Note de résumé : 9/10
Note globale : 37.5

Scarlet se place donc en deuxième position


Iconic présenté par petitcupcake  pour petitcupcake - Et bah ! Elle t'en a fais des misères à cause de la neige ta petite Iconic. J'aime ton style un peu "enfantin" (il faut pas le prendre mal hein !). Tu as bien suivi les pistes données pour le résumés malheureusement j'ai trouvé que ça manquait un peu en contenance pour la compétition. Ton introduction était parfaite et le pansage aussi très agréable à lire et comme Verlockung je trouve que la fin fait bâclée.

Ce qui te donne comme note de résumé : 9/10
Note globale : 31

PetitCupake et Iconic se placent finalement en troisième position !


Winter is coming présenté par Harmony  pour Harmony - DISQUALIFICATION
Sparkle feet présenté par Mike  pour Mike - DISQUALIFICATION

Félicitation à tous ! Les fiches sont mises à jour !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Vétérinaire
Vétérinaire

Messages : 209

Date d'inscription : 24/04/2016

Navigation :
❅ CHEVAUX.
AG Wolfgang.
Magical Feeling.

❅ COMPTE.
Bank.
Visites.
Journal.



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Résumés ->22.05.16] Compétition Show   Jeu 9 Juin - 22:41


Merci pour les résultat ! Félicitations aux participants (:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [Résumés ->22.05.16] Compétition Show   


Revenir en haut Aller en bas
 
[Résumés ->22.05.16] Compétition Show
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Compétition internet] Participez à la Compétition Internet : Coupe des jeunes.
» Compétition : Défi International d'Avril 2017
» La compétition entre la marine et des pirates : À la recherche du trésor de Frinkeinstein. [Kokoyashi Town, Rang A, Pirate]
» La goch kapitalis Vietnamyenn sanble pran dirèksyon TELECO
» Mondial Junior de Lierneux - 9 et 10 août 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine d'Arion :: Administratif :: Archives-
Sauter vers: